Un train en or ? Bienvenue en Suisse


Coucou les amis, je vous écris depuis la Suisse. Vous savez, ce tout petit pays riche, niché entre la France, l’Allemagne, l’Italie et l’Autriche. C’est très mignon, tout est propre et net et soigné. Le seul problème, c’est que les séances de shopping font mal au porte-monnaie. Mais c’est la qualité suisse, alors…

Nous avons pris le train à Montreux pour monter à Rossinière et Château-d’Oex. Doggy y tenait beaucoup, parce qu’il y a un peintre célèbre qui a vécu là-bas (ne me demandez pas son nom, moi, j’aurais préféré passer quelques jours dans un palace montreusien). Mais, quand Doggy m’a dit que le train s’appelait le GoldenPass, je me suis dit que ça valait quand même le déplacement. J’imaginais déjà un train brillant de mille feux, tout en or (il paraît qu’ils en ont beaucoup en Suisse, et qu’ils le cachent un peu partout) – trop la classe ! Donc on a pris ce train panoramique qui permet de profiter du paysage lors de la montée au-dessus du lac Léman, puis dans la montagne. D’ailleurs, la région de Château-d’Oex s’appelle le Pays d’Enhaut – c’est dire s’il faut monter pour y arriver (même si ce n’est pas aussi haut que Zermatt, évidemment) ! Ce train, c’est le le MOB : Montreux-Oberland bernois. Il relie la Suisse romande à la Suisse allemande. Quelque chose qui m’a beaucoup intriguée, c’est que, dans les trains suisses, toutes les annonces sont faites au moins en français et en allemand (parfois aussi en italien et/ou en anglais). Je me suis dit que c’était peut-être pour ça que les billets de trains étaient si cher… En tout cas, officiellement, c’est juste parce que la Suisse est un pays multilingue. Eh oui, vous saviez qu’on parle plusieurs langues en Suisse ?

Je vous fait un petit résumé de la situation un peu particulière de ce tout petit pays. La Suisse (7,9 millions d’habitants) est divisée en trois parties : la Suisse romande, où l’on parle le français, la Suisse allemande, où l’on parle le suisse allemand (une variété de dialectes régionaux proches de  l’allemand) et le Tessin, où l’on parle italien. La Suisse a en fait quatre langues nationales : l’allemand, le français, l’italien et le romanche (même si cette dernière a presque disparu aujourd’hui). Vous me suivez ? Ainsi, quand on se déplace en Suisse, on a beau rester dans le même pays, on passe d’une région linguistique à une autre. D’ailleurs, les petits Suisses apprennent normalement au moins le français et l’allemand à l’école. Mais dans les faits, les Suisses que j’ai rencontrés m’ont raconté que la langue commune était finalement plutôt l’anglais… Allez comprendre, ils ont quatre langues nationales et ça ne leur suffit pas ?!

Aby Ndiaye




Laisser un commentaire