Bienvenue à l’École Nationale des Beaux-Arts de Dakar, Sénégal

4ème partie.

Habby Diallo : ATAYA + pain THON

Lorsque j’ai intégré cette école, qui était pour moi un rêve, un idéal, je n’avais que 16 ans. D’emblée, dès la rentrée, nous nous sommes tous fondus dans le décor, chacun de nous avec sa fibre artistique. C’était magnifique, cette ambiance nous a tout de suite réunis. Après deux ans de tronc commun, chacun a choisi son département (art, environnement ou communication), mais l’entraide et la solidarité étaient toujours là. Ndaté Sylla, Malick Diène, Mamady Seydi, Eric Pina, etc. ont choisi la communication. Moi, je les enviais, parce qu’ils avaient une facilité à dessiner avec précision qui m’impressionnait. Même si je n’étais pas dans leur département, j’apprenais en les regardant travailler. D’autres, comme Djimé Diakhité, Ousmane Dia, Adje Fatou Diagne et Koumba, occupaient un local qui est devenu par la suite le lieu de rendez-vous des élèves du département d’art, où se mêlaient discussions philosophiques et rébellions autour du fameux ATAYA 3, pain THON. Voici quelques-uns de mes souvenirs de L’ENA, l’école de vie où chacun, extraverti ou introverti, a pu réaliser son rêve, marquant nos mémoires de son empreinte unique.

Texte rédigé par Habby Diallo
3 Séance de thé au Sénégal.





18 commentaires sur “Bienvenue à l’École Nationale des Beaux-Arts de Dakar, Sénégal”

  1. Ha, je me souviens aussi de ces moments, quand je traitais mon frère de fou et ceci pendant longtemps, car il était si sûr que l’art était sa voie… et puis finalement, je crois qu’il a fait le bon choix.

  2. C’est dans ces moments là que je me dis « être née à la mauvaise période »… Peut-être que si je vous avais fréquentés, je serais aujourd’hui moi aussi une artiste pleine de talents.
    On sent que vous en avez vécu des choses tous ensemble à l’école des Beaux-Arts de Dakar et ça donne envie!

    1. Lol, ma sœur chérie…
      Moi aussi il m’arrive de penser que n’être (naître) à l’époque de l’esclavage, à l’époque de l’âge de Pierre ou encore à l’époque de l’Empire Mandingue m’aurait beaucoup plu, ou pas…
      Qui sait ?
      Tu es peut être plus « artiste » que tu ne le penses. Libères toi de toi-même, tu te libéreras ainsi des autres. Tu brilleras comme un artiste dans tout ce que tu feras. l’être humain est puissant, très puissant.
      Familialement et amicalement 🙂

  3. Salut Ndaté, moi je n’aurais connu que ta période Rasmusseniene ! Par contre, tu cites beaucoup d’artistes que je connais en effet personnellement : Piniang (Mballo), Henri Sagna, Soly Cissé, Hassane Sar… des gars avec qui j’ai eu l’occasion de travailler dans différentes manifestations artistiques et culturelles à Dakar… Comme tu dis, tout ce beau monde est un concentré de créativité, un bouillon de génie artistique… le ciel de Dakar est plein d’étoiles, il suffit de lever un peu le nez et d’ouvrir grand les yeux…et le coeur. Toi, tu es comme l’astronome, tu observes, tu défriches, tu dessines, tu agences et organises… Le plan celeste n’a plus de secret pour toi. Yal na jamm yagg !

    1. « Dieureudieuf » frère David.
      Tu es un grand parmi les grands. Tu es l’un des sénégalais les plus talentueux de ta génération. Je prendrais le temps, l’énergie et l’amour nécessaire pour faire un petit reportage sur toi et ton œuvre impressionant.
      Merci beaucoup d’avoir pris ta plume et de laisser tes traces ici et maintenant.
      « Wallay ! »
      Bonne journée à ta magnifique famille colorée.
      Nio Far.
      Ndaté Sylla.

      Mais quant même, juste pour mon amie Kati Kraftsik-Ghidoni qu’elle saches ce que tu fais: https://www.facebook.com/david.bouchet.le.vrai?fref=ts

  4. Bonjour à tous,
    Je m’appelle Zal Idrissa Sissokho Auteur compositeur et interprète qui travaillait Au Ballet Super Tam Tam D’Afrique, un Ballet qui faisait des tournées partout en Europe.
    J’ai connu Ndaté Sylla au sénégal quand il était à l’école des Beaux Arts de Dakar.
    Un homme au four et au moulin. Après ses cours à l’école, Ndaté venait à la salle de répétition pour accompagner les artistes sur tous les plans, pour le bien et la réussite de ce Ballet qui appartenait à son pére, Ababacar Dieng.
    Maintenant l’avoir au près de moi ici au Canada est une chance pour les artistes sénégalais et les artistes du monde.
    Aller mon frère ! je suis à tes côtés pour la réussite de tout ce que tu entreprend ici au Canada.
    Merci.

    1. Zal,
      J’ai rencontré beaucoup d’artistes dans mes 40 et quelques années de vie.
      Je t’ai beaucoup observé au Ballet. Je t’ai écouté joué dans des situations différentes. J’ai vu combien tu étais combatif et constructif dans les moments de crises. Surtout, le plus important pour moi. Mes origines lointaines, « Sylla » de Guinée, font que quand tu joues ta Kora à 21 cordes, je t’entends. Je t’entends au fond de moi-même.
      Et tu réveille en moi le « Eeeeh Allah ! »
      Take care my brother.
      Nio Far.

  5. Merci Sadunya

    L’école des arts fut pour nous tous un passage inoubliable thanks de nous faire partager et revivre ces grands moments

    1. Tahnks to you sister Habby 🙂 You are doing a great job.
      L’école était cool grâce à des personnes comme toi et les autres.
      Take care.
      Ah ! te souviens tu de cette sculpture de « femme » moche et à moitié désintégrée que nous dessinions tout le temps ?

  6. Mon cher ami tu as réveillè de vieux souvenirs. Je suis très content de revivre les moments qu’on a vécu ensemble aux Beaux Arts en moins de 2 min. de lecture.
    Merci encore à SaDunya et je suis très content de faire partie de cette promotion plein de génies.
    Tanor Tita mbaye

    1. Hello Tanor,
      Tu as raison. Je ne sais pas si l’école a formée par le passé une promotion aussi douée. J’espère en tout cas que nous aurons plus de témoignages et de commentaires de la part des artistes.
      Merci pour ton commentaire. Et continue de nous faire danser le Mbalax.
      Take care my friend 😉

        1. Hello Eric,
          Comment ça va ?
          Merci pour ton commentaire. Ma prochaine visite en Europe on essaiera de se chopper.
          Et si jamais tu passes dans le coin, fais signe.
          Prends soin de toi mon frère.
          à+

Laisser un commentaire